Choisir et utiliser un trépied intelligemment

Bah! Un trépied c’est un trépied. Il permet de fixer l’appareil pour ne plus l’avoir dans les mains, c’est tout! Vraiment? En fait, le trépied c’est la troisième composante la plus importante après l’appareil et l’objectif (oui bon, il y les batteries et la carte mémoire mais comme ils sont à l’intérieur de l’appareil, ils ne comptent pas vraiment ou sinon l’appareil n’est pas très fonctionnel 😉).

Je vais citer ici Scott Kelby à propos du trépied:

« Je concède que travailler avec un trépied est moins spontané qu’à la main. Pour cette raison essentielle, le photographe amateur ne s’embarrasse pas d’un trépied. En fait, le professionnel ne fait qu’utiliser des techniques et un matériel que l’amateur néglige.

Quand faut-il utiliser un trépied ?

Il faut utiliser un trépied quand vous le pouvez! Évidemment, l’utilisation du trépied dépendra de la situation dans laquelle vous réalisez vos prises de vue.

Voici une liste de situations où j’utilise un trépied:

  • Les paysages;
  • La prise de vue en pauses lentes;
  • L’astrophotographie;
  • La photo de nuit ou à la faible lumière;
  • En macrophotographie;
  • Avec des feux d’artifice;
  • Pour des portraits en studio;
  • En photos animalières;
  • Pour l’architecture;
  • Sur des photos de la flore (fleurs, plantes, arbres, etc.);
  • Pour des panoramas;
  • Avec certaines photos sportives;
  • Pour des conférences de presse;
  • Avec presque tous les objets immobiles.

Voici une liste de situations où je N’utilise PAS un trépied:

  • Toutes les photos sportives où le sujet se déplace rapidement (vélo, course automobile, hockey, soccer, ski et planche à neige, rodéo, etc.);
  • Des portraits de rue;
  • Des photoreportages;
  • Avec des enfants… parce qu’ils sautent partout et bougent tout le temps;
  • Les photos où je suis en mouvement ou si mon équilibre est précaire (comme dans un zodiac pour photographier des baleines);
  • Les endroits où l’espace est trop étroit ou restreint;
  • Les musées, théâtres et salles de spectacle… parce que c’est interdit;
  • Les stades et amphithéâtres… parce que c’est interdit;
  • Et beaucoup d’autres lieux publics… parce que c’est interdit.

Trépied interdit

Comment choisir son trépied ?

Le choix d’un trépied dépend de vos besoins, mais surtout de votre budget. Il existe des centaines de modèles de trépied, mais pour vous guider, voici quand même quelques conseils… si le budget le permet:

  • Optez pour un trépied en fibre de carbone plutôt qu’en aluminium pour réduire la vibration et donc augmenter la netteté de l’image. Certes, le trépied en aluminium est moins dispendieux que celui en carbone, mais la fibre de carbone a l’avantage d’être plus légère et plus rigide.
  • Les trépieds d’entrée de gamme disposent d’un sabot pour y fixer la caméra alors qu’un trépied professionnel vient seulement qu’avec les 3 pieds et rien de plus! Vous devez donc vous procurer une tête de trépied pour y fixer l’appareil. Sélectionnez une tête de trépieds de type « rotule », facile à utiliser et extrêmement polyvalente, elle vous permettra de réaliser toutes vos photos. Si un jour vous choisissez une spécialité où un autre type de tête vous serait plus utile, vous pourrez simplement enlever la rotule et la remplacer par une nouvelle tête de votre choix.
  • Choisissez un trépied d’une bonne hauteur afin d’éviter de vous accroupir continuellement. Évidemment, plus le trépied est grand, plus il est lourd donc vous devrez faire un compromis si vous devez vous déplacer souvent.
  • En lien avec le point précédent, assurez-vous qu’il soit assez léger pour ne pas vous décourager de l’apporter lors des séances photo. Un trépied trop lourd sera encombrant et épuisant à transporter.
  • Prenez un trépied (et une rotule) capable de supporter le poids de votre matériel. Un trépied pour une petite caméra compact ne va pas nécessairement supporter un NIKON D5 de 1.4 kilogramme (3 livres) avec un objectif AF-S NIKKOR 800mm f/5.6E FL ED VR de 4,6 kilogrammes (10 livres). Regardez les fiches techniques de vos appareils et objectifs pour déterminer les plus lourds. Puis, additionnez le poids de l’objectif et de l’appareil le plus lourd en votre possession et prévoyez une marge de sécurité d’environ 1.5 à 2 fois le poids total. Tenez compte de ce total dans votre choix de trépied et de rotule.
Trepied sans la tête

Trepied sans la tête Photo de Manfrotto www.manfrotto.ca

Tête de trépied à rotule

Tête de trépied à rotule Photo de Manfrotto www.manfrotto.ca

Personnellement, j’utilise des trépieds de la marque Manfrotto et j’ai toujours été très satisfait. J’ai également entendu de bons mots à propos des trépieds Vanguard et Fotopro.

Mise en garde: Un peu comme une voiture, vous trouverez de nombreuses options sur les trépieds.  Certains modèles peuvent faire pivoter la colonne centrale à 90°. D’autres peuvent faire le grand écart et se positionner complètement à plat au sol. Vous pouvez également avoir un petit crochet pour lester le trépied avec un poids (comme un sac) et le rendre encore plus stable ou même un niveau à bulle pour vous assurer d’être bien… à niveau. Enfin, certains peuvent se démonter et devenir des monopieds. Vous ne devriez pas débourser pour ses options à moins d’en avoir vraiment besoin ou si elles sont incluses dans le choix de que vous avez fait de votre trépied. Ne déboursez surtout pas un supplément pour cela sauf si c’est le trépied de votre vie et que vous voulez être enterré avec.

Comment utiliser son trépied ?

Comme le but premier du trépied est de supporter et de stabiliser l’appareil et son objectif, assurez-vous d’abord de bien stabiliser le trépied!

  • Fixez les 3 pieds bien au sol et non pas dans une position précaire;
  • S’il vente fort, diminuer la hauteur des pattes pour lui donner plus de rigidité;
  • Utilisez la colonne centrale uniquement à l’intérieur, elle a tendance à bouger trop souvent à la moindre brise;
  • Si vous le pouvez, lester le trépied avec un petit poids, comme un sac avec du sable ou des lentilles ou même votre sac photo si le crochet du trépied est assez fort pour le supporter;
  • Si vous avez un objectif avec stabilisateur, désactivez le stabilisateur de l’objectif lorsque vous l’utilisez sur votre trépied sinon il cherchera des mouvements où il n’y en a pas et créera lui-même des vibrations.

Petit exercice

Pour ce petit exercice, vous aurez besoin d’un objectif dont la focale peut être réglée à 50mm (n’importe lequel des objectifs ayant une focale de 50mm tel le 18-55mm, 24-70mm ou évidemment le 50mm fera l’affaire).

  1. Ajustez votre appareil en mode priorité à la vitesse (comme expliquer dans l’article La vitesse d’ouverture pour un sujet en valeur), votre objectif à 50mm et laissez les ISO en mode automatique.
  2. Sélectionnez un cinquième de seconde (1/5) comme vitesse.
  3. Prenez une photo à main levée d’un sujet immobile. Que remarquez-vous ?
  4. Maintenant, fixez l’appareil sur un trépied ou déposez-le sur une surface plate et stable à défaut d’avoir un trépied.
  5. Reprenez la photo. Que remarquez-vous ?

Si la différence n’est pas évidente sur le petit écran de l’appareil, n’hésitez pas à comparer les deux images sur un écran plus gros comme celui de votre ordinateur ou votre télévision, vous la remarquerez très certainement!

Vous avez aimez cet article? Partagez-le!Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Laisser un commentaire